La communication interpersonnelle

La communication interpersonnelle est l’échange de personne à personne dans lequel chacun est tour à tour émetteur et récepteur dans une relation de face à face. Elle est à la fois verbale et non verbale.

La communication est essentielle à l’homme. Tout est communication.
Que nous le fassions de façon volontaire ou non, nous communiquons quelque chose de nous à l’autre.
Elle nous sert à transmettre une information ou une émotion.

Néanmoins, la communication subit des distorsions.
Comme l’exprime Bernard Werber :
« Entre ce que je pense,
ce que je veux dire,
ce que je crois dire,
ce que je dis,
ce que vous voulez entendre,
ce que vous entendez,
ce que vous croyez en comprendre,
ce que vous voulez comprendre,
et ce que vous comprenez,
il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre ».


Il y a souvent des enjeux dans la communication car nous communiquons souvent dans l’intention d’influencer ou de modifier la pensée ou le comportement d’un tiers.
Nous communiquons alors dans une logique d’intérêts personnels qui bien souvent est source de conflits.

Le conflit se caractérise par des tensions, des émotions négatives, des désaccords et par un manque ou une perturbation du lien entre les individus.
Les causes en sont les différences de buts ou d’intérêts ou encore de valeurs, des rôles et des attentes de chacun. Ce peut être lié également à une résistance au changement, à un sentiment d’insécurité ou à des besoins personnels en opposition.

Souvent nous sommes amenés à nous défendre et à adopter un mode de communication réactif. Le dialogue est alors bloqué par nos émotions, par notre méconnaissance, par trop de détails ou de généralités, parfois par manque d’honnêteté ou par l’absence de direction consciente vers un objectif clairement établi.

De tels mécanismes affaiblissent ou empêchent notre capacité à être en lien avec l’autre dans l’intimité et dans l’amour.

Les conflits sont une opportunité de grandir en conscience.

Il est important d’accepter que puisque nous sommes des Êtres différents, nous serons nécessairement parfois en désaccord.
La différence devient un problème quand on veut hiérarchiser. Nous ne sommes pas obligés de rivaliser. Nous pouvons apprendre de la complémentarité et trouver des solutions par la négociation.

La négociation est l’art d’abandonner quelque chose dans l’intérêt commun.
Il n’y a pas d’avantage sans contrainte.
Elle nécessite de créer du lien, de séparer la personne du problème, d’identifier les besoins, les désirs de soi et de l’autre, de dialoguer, de se focaliser sur un but, de donner des options, de faire des propositions pour un gain réciproque, elle se termine par une sorte de contrat qui officialise une solution et qui permet à la relation de se poursuivre ou de se terminer positivement.

Un travail thérapeutique nous apprend à ressentir et à gérer notre émotionnel. Les mécanismes inconscients repérés et modifiés ne font alors plus obstacle à la communication. Nous pouvons prendre la responsabilité de ce que nous voulons en faisant de vraies demandes et pouvons accueillir celles de l’autre.


« Quand il y a un conflit d’intérêt, on constate que toute relation présuppose un engagement à un résultat commun, à un accord qui veut que chaque partenaire renonce à un peu de ses intérêts afin d’atteindre un plus grand profit pour les deux »
Virginia Satir